La bonne intelligence en laquelle mime et danse s’épaulent mutuellement offre à l’écriture dramaturgique une souplesse plus qu’intéressante. Le mime porte toutes les parties évoquant la réalité vécue et les conflits, la danse offre l’échappatoire.